Les Aventures de Simon et Gunther Stein

La porte est close



La porte est close
Je voudrais sortir de l'enfer
La porte est close

Ma tête explose
Ils ont emmuré nos terres
Oh! ma tête explose

Ils m'ont demandé
Ce que je faisais là
Je leur ai expliqué
Que je venais pour toi
Alors au bout de leurs fusils
Ils m'ont ramené chez moi
Ils ont dit à nos parents
Qu'à partir d 'aujourd'hui
Commençait vraiment le bon temps

Ref: C'était le treize août 1961
J'allais rue Bernauer
Je devais voir mon frère
Pour parler de liberté;

Je n'ai rien dit
Quand ils ont demandé; mon frère
Moi j'ai rien dit

M'ont interdit de retourner
Rue Bernauer
M'ont interdit

Ils nous ont raconté;
Que tu avais trahi
Que t'avais choisi
Le mauvais côté du pays
Qu'ils ne fallait rien regretter
Puisque nous, nous étions restés
Ils ont dit à nos parents
Qu'à partir d'aujourd'hui
Tu n'étais plus leur enfant

Ref: C'était le treize aôut 1961
J'allais ...

Paroles et musique : Daniel Balavoine
© Editions Barclay-Morris

retour à la page des titres



La réponse


J'ai reçu ta lettre
Et de ma fenêtre
Quand je les ai vu t'emmener
Ma tête s'est voûtée

Les pleures que j'avais sur les mains
S'essouflaient courant vers les tiens
Qui se refermaient derrière toi
En étouffant tout ce qui restait de ma voix

Des sentiments bâtards
A caresser le ciel
Ou encore à flirter les trottoirs
Me poussent vers Viertel
Pour essayer de te revoir
Pour ne pas bluffer mon espoir
Je me cogne la tête au mur
Et j'irrite mes larmes sures
Sur son armure

Et puis je serre les dents
Crois-moi, ne l'oublie pas, compte sur moi
Embrasse nos parents
Dis-leur que je suis leur enfant

Et de ma fenêtre
Je t'écris ma lettre
J'ai trop de mal à m'endormir
Et si mon sang dévire
C'est le fumée que je respire
Et qui me pousse à revenir
Du côté de Viertel
En espérant que tu passeras par le ciel

Et quand je me sens fort
Je parle aux miradors
Et si je sais qu'ils te surveillent
C'est qu'ils tuent mon sommeil
En m'empêchant de t'embrasser
En éclairant ce pauvre baiser
Que je t'envoie par courrier
De ce côté de BERLIN qu'ils t'ont enlevé

Il faut que je serre les dents
Crois-moi, pardonne-moi, si je ne viens pas
Embrasse nos parents
Crie-leur que je suis leur enfant.

Paroles et musique : Daniel Balavoine
© Editions Barclay-Morris

retour à la page des titres



Mon pauvre Gunther


Mon pauvre Gunther
Deux ans et trois mois
Que je ne peux plus
Te serrer dans mes bras
Et le chagrin me tutoie

Mon pauvre Gunther
Ne pleure pas pour tout ça
Je vais bientôt m'évader
Gunther
Vendredi tout sera prêt

Je sais d'autres ont déjà essayé
C'est vrai que beaucoup y sont restés
Mais moi je suis sûr de réussir
Et dans la moîteur des vodkas
Je te vois enfin sourire

Mon bien aimé frère
Je sais que j'ai un peu bu
Mais j'ai toujours ma raison
Bientôt je serai à la maison
Il faut pas t'en faire
Axel a l'intention d'essayer
De passer aussi
Avec l'espoir de revoir Lilli

C'est vrai d'autres ont voulu s'envoler
Je sais qu'ils ont été fusillés
Mais j'aimerais mieux mourir libre
(bis) que de mourir de vivre en prison

Paroles et musique : Daniel Balavoine
copy; Editions Barclay-Morris

retour à la page des titres



J'entend cogner ton coeur


J'entends cogner mon coeur
Dans soixante treize heures
Je pourrai t'embrasser
Pour mercredi, j'ai tout organisé
Et dans une voiture
A cent mètres du mur
Dans Rudower Allée
Lilli et moi nous viendrons vous chercher
Et quand je lui ai dit qu'Axel revenait
Assise au bord du lit elle s'est mise à pleurer
Dans ses mains sûre de rien
Moi j'ai dit il faut pas t'inquiéter
Sûr de rien dans ses mains
Je riais mais ma tête tremblait
J'entends cogner ton coeur
Dans soixante treize heures
Tu seras fatigué
Tu pleureras et je t'écouterai
Assis au bord du lit
Axel et Lilli
Reprendront le passé
J'aimerais tant que tout soit terminé
Et surtout ne dis pas que tu vas t'évader
Même tous tes amis pourraient te dénoncer
Souviens-toi autrefois
Quand papa a été arrêté
Maintenant je t'attends
Et ma tête recommence à tourner

Paroles et musique : Daniel Balavoine
© Editions Barclay-Morris

retour à la page des titres



Lise Altmann


Maman aujourd'hui si je t'écris
C'est pour te dire mon souci
Une chose que je ne comprends pas
Est arrivée au pensionnat

Deux messieurs en manteau long
Au volant d'une traction
Sont venus pour emmener
Notre professeur de français

Lise Altmann, Lise Altmann
Lise Altmann a été arrêtée

Et pendant la leçon d'anglais
Un élève a demandé
A notre maître qui pleurait
Pourquoi ils nous l'ont enlevée

Peut-être à cause de son nom
Ou d'une dénonciation
Moi je ne comprends pas pourquoi
On ne peut s'appeler comme ça

Lise Altmann a été arrêtée

Tu vois mon petit
C'est pareil ici
Ne dis rien à tes amis
Mais jeudi à midi
Ils ont emmené ton père aussi.

Paroles et musique : Daniel Balavoine
© Editions Barclay-Morris

retour à la page des titres



Les aventures de simon et Gunther ... Stein
(Daniel Balavoine / Daniel balavoine - Guy Guermeur)


Le petit gunther
Naquit en 41
Et son frère Simon
Huit ans plus tôt en juin
Au coeur de Berlin
En quarante deux
L'un fit ses premiers pas
L'autre malheureux
Entrait au pensionnat
Dans la même année
Leur père mobilisé
Quitta la maison
Pour aller se cacher
Un mercredi soir
Il était dénoncé
Le jeudi qui suivit
La gestapo vint le chercher
Pour l'arrêter
19 ans plus tard
Descendant rue Bernauer
Simon se pressait
Pour retrouver son grand frère
19 ans plus tard
C'était le 13 août
Année 61
Jour où fut construit le rideau de Berlin
Et comme autrefois
Tout recommençait
Simon et Gunther
Etaient séparés
Effaçant des mains
Leurs larmes qui coulaient
Ils savaient bien qu'un jour
Le pauvre Simon
Pourrait enfin s'évader.

retour à la page des titres



Lady Marlène

Près du mur
Assis sur le côté
Ma tête dure
Rampait encore
Au pavé lustré
Je le savais
J'arriverais

Mes chaussures
Me faisaient mal aux pieds
Mes mains si sûres
Creusaient encore
Vers la liberté
Quand ils ont tiré
Sur mes idées

Lady Marlène
Toi tu t'endors de l'autre côté
Lady Marlène
A Berlin tu sais rien n'a changé
C'est bien difficile de s'évader
Les hommes en vert ont ...

Près du mur
Vide sur le côté
Ma rage mûre
S'est effondrée
Au bord du fossé
Je la savais
J'y resterais

Lady Marlène
Toi tu t'endors de l'autre côté
Lady Marlène
A Berlin tu sais rien n'a changé
C'est trop difficile de s'évader
Les hommes en vert ont tiré

Paroles et musique : Daniel Balavoine
© Editions Barclay-Morris

retour à la page des titres

retour à la page de la biographie



La lettre à Marie


L'ombre des arbres a changé de couleurs
Le grande table envahie de fumeurs
S'allonge et se partage
Et se partage à contre coeur

L'ombre des arbres a pris un air boudeur
A quatre-pattes au milieu des buveurs
J'avance et m'interroge
Le docteur me gette
Son oeil me parle
Ses bras me démêlent de ce brouillard
Je me réveille un peu plus chaque soir

J'ai chaud aux mains Marie
Tu vois ça s'arrange
Le mal est fini
Le docteur me l'a dit
On vivra dans la musique
Et entre le mur et l'oubli
On peut reprendre le voyage
Aujourd'hui je suis guéri

J'ai vu Axel et sa fiancée Lilli
Il est question qu'un jour ils se marient
Elle est encore enceinte
Encore enceinte et c'est joli

Petite Jeanne a douze ans et demi
Quel âge aurait notre frère aujourd'hui
Ici sa place est vide
On vit de silence
Et son visage
Dans nos existences
Parle et Sourit
Son cri s'effance un peu plus chaque nuit

Ref: J'ai chaud aux mains Marie...

Paroles et musique : Daniel Balavoine
© Editions Barclay-Morris

retour à la page des titres


Ma musique et mon patois


Les mots éclatent
Dans le cri mat
Ecoute-moi bien
Crache les phrases
Qui s'écrasent
Sur mon micro
Les atomes claquent
Les dieux bivouaquent
Près de ma maison
Laisse valser et danser

refrain:
C'est entre ma musique et moi
Dans ma musique et mon patois
Que je cascade
Et je me noie
C'est entre la musique et toi
C'est ma musique et ton patois
Qui te respire
Et qui te boit
Mon français craque
Ma voix s'en va

Ne respire pas
Éteins tes yeux
Enroule-toi bien
Dans ta tête
Attends la fête
Dans tes cheveux
Les anglais craquent
Ecoute leurs couacs
Derrière leurs façons
De dandies gris de pluie

Refrain:
C'est entre ma musique et moi...

Je les arnaque
Ecoute ça.


Paroles : Bernard Balavoine. Musique : Daniel Balavoine
© Editions Barclay-Morris.

retour à la page des titres

retour à la page de la biographie



retour à la page d'accueil