Vendeurs de larmes

Pour faire un disque

Et pour faire un disque
Il faut avoir fait tant de chemin
Juste un peu d'ivresse
Et beaucoup de chagrin

Regarder le monde Et admettre qu'on n'est presque rien
Faire un peu le vide
Et tendre la main

Oh tous les hommes disent que ce n'est pas un crime
Oh tous les hommes disent que ce n'est pas un crime
Oh tout ça n'a qu'une valeur infime
La vie
C'est la vie

Paroles et musique : Daniel Balavoine.
© Editions Barclay-Morris / Rougeagèvre.


retour à la page des titres

VIVRE OU SURVIVRE

Heure sonne matin
Pleure chagrin
Et repasse le film humide
Du passé dans les yeux
Court bien trop court
Notre amour
Et les appels au secours
Savent qu'un sourd n'entend pas ce qu'il veut

Et pourtant il faut vivre
Ou survivre
Sans poème
Sans blesser tous ceux qui l'aiment
Etre heureux
Malheureux
Vivre seul ou même à deux

Mais vivre pour toujours
Sans discours sans velours
Sans les phrases inutiles
D'un vieux roman photo
Fleurs fanées meurent
Noir et blanc
Seules couleurs
D'un futur qui est dèjà le passé pour nous deux
Et pourtant il faut vivre ou survivre
Sans poème
Sans blesser tous ceux qu'on aime
Etre heureux malheureux
Vivre seul ou même à deux

Et pourtant il faut vivre ou survivre
Sans poème
Sans blesser ceux qui nous aiment
Etre heureux malheureux
Vivre seul ou même à deux
Mais vivre en silence
En pensant aux souffrances
De la terre et se dire
Qu'on n'est pas les plus malheureux
Quand dans l'amour
Tout s'effondre
Toute la misère du monde
N'est rien à côté d'un adieu
Et pourtant je veux vivre ou survivre
Sans poème
Sans blesser tous ceux que j'aime
Etre heureux malheureux
Vivre ou survivre
Seul ou même à deux

Paroles et musique : Daniel Balavoine.
© Editions Barclay-Morris / Rougeagèvre.

retour à la page des titres


Je veux de l'or

Joueur de poker
Et flambeur pour la frime
J'ai le sens des affaires
J'ai même été
Un des meilleurs chasseurs de prime
Avant de vendre ma mère

J'ai tout organisé
Pour détruire la ville
Pour construire des banques
Des salles de jeux subtils
Où tous les paumés en manque
Les lasers les faiseurs de bile
Courent à la ruine

Depuis longtemps
Je sais ce que je veux
C'est de l'or
Je veux de l'or

Toujours acheteur
De tout ce qui coûte le plus cher
Claquer le fric a quelque chose de sublime
Prêteur sur gages
Usurier pour les suicidaires
Exploiteur de la déprime
L'argent n'a pas d'odeur
Surtout quand il brille
J'ai toujours vécu
Pour ce qui scintille
Il vaut mieux que je me taille
Avant de me retrouver sur la paille
Oh oh
Depuis longtemps je sais ce que je veux
C'est de l'or
Oh oh
Depuis longtemps
Je sais ce que je veux
C'est de l'or
Je veux de l'or.

Paroles et musique : Daniel Balavoine.
© Editions Barclay-Morris / Rougeagèvre.

retour à la page des titres


Dieu que l'amour est triste

Baisers d'amoureux baisers langoureux
Que le monde est malheureux
J'avais rêvé si fort
D'un autre décor pour ma mort
J'ai voulu t'emmener
Pour une lune de miel
Au San Salvador
Et te faire l'amour
En parlant liberté
Au milieu des morts
En comptant les corps

Mais Dieu que l'amour est triste
Oh que l'amour est triste
Depuis que le monde existe
Je dis que l'amour est triste
Oh que l'amour est triste
Mais Dieu que l'amour est triste
Oh oh...

Ne jamais miser en fermant les yeux
Tous les jeux sont dangereux
Quand le rêve s'endort
Il n'y a plus de conquistador
On n'a jamais raison
De vouloir parler trop haut
Surtout quand on a tort
Ne pas dire que l'amour
Est ce qu'il y a de plus fort
Car la vie bouge encore
Quand un amour est mort

Mais Dieu que l'amour est triste
Oh que l'amour est triste
Depuis que le monde existe
Je dis que l'amour est triste
Oh que l'amour est triste
Oh oh...

Et quand le taureau brisé par l'effort
A compris quel est son sort
Pour cesser de souffrir
Il va donner sa vie au matador
Dans ses yeux on voit plus
De pardon pour le tueur
Que pour les picadors
Celui qui se fait gloire
De supporter le mal
Est beaucoup moins fort
Que celui qui s'en sort
Mais Dieu que l'amour est triste
Oh que l'amour est triste
Depuis que le monde existe
Je dis que l'amour est triste
Mais Dieu que l'amour est triste
Oh que l'amour est triste
Oh oh...

Paroles et musique : Daniel Balavoine.
© Éditions Barclay-Morris / Rougeagèvre.

retour à la page des titres


Soulève-moi

Dis-moi combien il faut que je te paye
Pour m'inventer une nuit de soleil
Réponds-moi
Les flics m'ont dit que tu n'as pas ton pareil
C'est peut-être eux qu'il faudrait qu'on surveille
Quand on voit
La pauvreté du soir

Roman du désespoir
Photo d'un peuple qui s'endort
Au fond des couloirs
Je sais parfois que l'amour se monnaye
Je ne peux pas te donner plus que ma paye
Comprends-bien
Aujourd'hui c'est ma première lune de miel
Dans ce quartier où l'homme de loi se fraye
Un chemin
A coup de représailles
En serrant les tenailles
Autour d'un peuple
Dont on paiera les funérailles

Oh soutiens-moi
Porte-moi à bout de bras
Faire l'amour ça sert à ça
Soulève-moi
Serre-moi fort
Prends-moi au creux de ton corps
Fait pleuvoir les perles d'or
Cris multicolores

Méfie-toi de la dictature qui sommeille
Le bruit des bottes est un mauvais réveil
Et crois-moi
La vraie lumière n'est pas celle du vitrail
N'oublie jamais le revers de la médaille
Souviens-toi
Que l'homme qui travaille
Ne sera pas de taille
En face d'un pouvoir
Qui a tout prévu pour la bataille

Paroles et musique : Daniel Balavoine.
© Editions Barclay-Morris / Rougeagèvre.

retour à la page des titres


Y a pas de bon numéro

Arrivé mois de mai
Le printemps
Beau bébé adorer
Sa maman
Les bobos ça fait pleurer
Et faut pas t'inquiéter

Y a pas de bon numéro c'est tout
Pas de clé
Tu ne peux pas tricher
Faut même pas essayer
Y a pas de bon numéro...

Au lycée bien noté
Très content
Prof d'anglais décolleté
Provoquant
Amour fou t'es renvoyé
Faut pas t'inquiéter

Mal aimé mal marié
Et pourtant
Secrétaire diplômée
T'aime tant
Pas facile de divorcer
Oh faut pas t'inquiéter

Y a pas de bon numéro c'est tout
Pas de clé
Tu ne peux pas tricher
Faut même pas essayer
Y a pas de bon numero...

Remarié c'est raté
Grisonnant
Les enfants révoltés
Décevant
C'est la crise t'es licencié
Faut pas t'inquiéter

Retraité fatigué
Cheveux blancs
Un passé patiné
Hors du temps
Tu pleures et t'as des regrets
Faut pas t'inquiéter

Y a pas de bon numéro c'est tout
Pas de clé
Tu ne devais pas tricher
Pourtant t'as essayé
Y a pas de bon numéro.

Paroles : Patrick Dulphy. Musique : Daniel Balavoine.
© Éditions Barclay-Morris / Rougeagèvre.

retour à la page des titres


Vendeurs de larmes

Comme ces enfants de putains qui chantent
Les années soixante
Style Bob Dylan
Qui nous refourguent des chansons de rien
Juste pour nous piquer nos femmes
Petits malins chanteurs de demain
Sur de grands refrains d'hier
Piquer un sac même à un vieux
Y a vraiment pas de quoi être fier
Ni être heureux
Alors je dis

Oh oh oh oh chanteurs de charme
Oh oh oh oh rendez-nous nos femmes
Oh oh oh oh vendeurs de larmes
Oh oh oh oh trafiquants d'armes
Oh oh oh oh tous trafiquants d'armes

Oh bluesmen en paille et mal appris
Dégueulent dans micros et amplis
Qui tournent le dos à Rossini
Débutant comme des stars finies
Révolutionnaires qui comptent pour du beurre
A l'ombre d'une ville en pleurs
Piquer un sac même à un vieux
Y a vraiment pas de quoi être fier
Mon petit gars
Ni être heureux
Alors je dis

Oh oh oh oh chanteurs de charme
Oh oh oh oh rendez-nous nos femmes
Oh oh oh oh vendeurs de larmes
Oh oh oh oh trafiquants d'armes
Oh oh oh oh tous trafiquants d'armes

Paroles et musique : Daniel Balavoine.
© Éditions Barclay-Morris / Rougeagèvre.

retour à la page des titres


Viens danser

Viens danser
Viens frôler la mort
Dans l'armée
Oh le rythme a du corps

Faut t'allonger te planquer
Eviter les balles doum doum
Si tu tires pas le premier
Ou si tu fais trop le clown
Y a ta tête qui va faire boum

Quand la guerre est déclarée
Faut se lever saluer
Pour le pouvoir d'un seul homme
En tuer des milliers
Ça fera une fête pour danser

Gros sous-marins
Et jolies croisières
Ça fait rêver
Les beaux militaires

Toujours d'accord pour partir
Jamais sûr de revenir
Pour qui vient de se marier
La guerre y a rien de pire
Sauf pour qui aime frémir

Quand les couleurs sont hissées
Faut se lever saluer
Et la fanfare va jouer
Un air pour les encourager
Ce rythme a ses qualités

Une vie de chien
Moi ça me fait pas peur
Obéir
C'est peut-être le bonheur
Pas besoin d'avoir d'idées
On nous fournit la rancoeur
Quand l'uniforme est porté
On comprend mieux sa valeur
Prestige pour les jolis coeurs

Si vous passez sur la place
Pour venir me ramasser
Surtout ne cherchez pas la trace
C'est dans le dos qu'on m'a tiré
Devinez dans quel sens j'allais.

Paroles et musique : Daniel Balavoine.
© Editions Barclay-Morris / Rougeagèvre.


Au revoir

Au revoir au revoir Au revoir au revoir
S'en aller de la ville
Sans autre envie
Qu'un peu de réconfort
Tranquille
Emporté par le style
D'une chanson sans effort
Où la vie est cachée par des mots inutiles
Au revoir au revoir Au revoir au revoir
Pouvoir laver le ciel
Tout effacer
Ne rien recommencer
Ou peut-être
Essayer de trouver
Pour s'éloigner de l'enfer
Un bateau rose et vert qu'on enterre dans la mer
Au revoir au revoir Au revoir au revoir
Faire la part des choses
Se dire que l'on ose
Tout remettre en cause
Et partir Au revoir au revoir Au revoir au revoir


Paroles et musique : Daniel Balavoine.
© Editions Barclay-Morris / Rougeagèvre.

retour à la page des titres




retour à la page d'accueil