Interviews et émissions




Face à face Daniel Balavoine et François Mitterand:
16 Mars 1980 - Journal de la chaine Antenne 2

Interviews de juin 1979:
Interview de Jean-Loup Laffont pour le journal Stéphanie.

Interview de février 1981 :
Daniel Balavoine explique pour le journal "Salut" , chanson par chanson, son nouvel album, "Un autre monde"

Interview sur la radio Aquitaine radio
août 1981

Interview lors d'un jeu animé par Pierre Bellemare
été 1981

25 Qestions indiscrète à Daniel Balavoine
Magazine Podium

Interviews de 1985



Face à face Daniel Balavoine et François Mitterand

16 Mars 1980 - Journal de la chaine Antenne 2


Version sonore

<Alors si je peux rien dire avant la fin de l'émission je parle pas pour vous Mr Mitterand parce que moi j'avais pris plein de notes en venant dans votre émission.
<Vous aurez le temps
<Non j'aurai pas le temps je le sais déja que je n'ai pas le temps, j'ai juste le temps de me mettre en colère
<vous voulez commencer maintenant
<non c'est le sytème de l'information française qui est fait comme ça, j'aurai le temps une minute de m'énerver, juste de m'énerver et paraître pour un petit merdeux un petit jeune de ? Qui fout la pagaille partout
Je préfère m'en aller tout de suite si j'avais su que je n'aurais pu rien dire j'aurais dormi beaucoup plus tard.



Je peux dire une chose importante si vous aviez parlé pendant dix minutes au moins de l'affaire Georges Marchais dont tout le monde se fout strictement.
Je vous signale que la jeunesse française se fout strictement de ce que Mr Marchais faisait pendant la guerre ça lui est complètement égal.
Ca intéresserait plus la jeunesse de savoir ce qui se passe et comment le parti communiste encaisse de l'argent pour le dépenser après, notamment à la mairie de Bagnolet ,ça intéresserait mieux de savoir comment Gaston Deferre dirige sa mairie socialiste qui n'est pas un modèle de société à Marseille, ça intéresserait plus de savoir les jeunes francais comment mr Raymond Barre qui est arrivé il y a 5 ans ou 4 ans ou je ne sais plus combien de temps a dit que les salaires ne seraient plus diminués mais qui augmentait les cotisations de la sécurité sociale c'est beaucoup plus intéressant que tout ce que vous racontez. Georges Marchais on s'en fout de Georges Marchais il faut le savoir que ce qu'il faisait pendant la guerre ça nous est complètement égal. Le problème de drogue de la façon dont le traite les ministres français on s'en fout Il n'y a jamais eu un jeune ministre de la jeunesse c'est tous des vieux, regardez Mr Soisson enfin vous allez pas me dire que c'est un homme représentatif de la jeunesse regardez comment je suis habillé, ils sont plus souvent habillés comme moi les jeunes que comme Mr Soisson.
Il faut quand même pas rêver.
Tout ça ce sont des bétises j'ai encore pris plein de notes au fur et à mesure que vous parlez.
Ce que je voudrais savoir, ce qui m'aurait bien intéressé c'est à qui les travailleurs immigrés payent les loyers qu'ils payent, on a vu tout à l'heure des gens qui disaient : < on payent 700 francs par mois> , moi je voudrais savoir qui encaisse de l'argent pour louer des poubelles pareilles c'est ça que je voudrais qu'on me dise ,c'est pas savoir comment on peut faire pour changer, je voudrais savoir qui ose tout les mois demander 700 francs à des travailleurs immigrés pour vivre dans des poubelles et dans des taudis, ça c'est ça que je voudrais qu'on m'explique parce que moi je ne le sais pas .
Je voudrais savoir pourquoi mr Boulin a été suicidé ou s'est suicidé ou on ne le saura jamais, pourquoi mr Fontaine a été assassiné..... J'en ai d'autres .
La seule chose que je peux vous dire Mr Mittérand, j'en profite de vous avoir parce que je suis fier d'être là .
Je peux vous le dire on s'en aperçoit peut être pas mais vous pouvez pas imaginer ce que c'est pour un jeune d'avoir la possibilité pour un jeune de parler une minute c'est pour ça que j'avais peur de pas pouvoir parler parce que ça n'arrive jamais faut bien se mettre ça dans la tête ...
Vous exagerez l'information je suis obligé de l'exagérer moi aussi je la résume à ma manière ...

Ce que je peux vous donner c'est que généralement c'est un avertissement, j'ai peut-être du culot de faire ça je suis obligé de le faire comme ça parce que je dois faire vite .
Ce que je peux vous dire c'est que la jeunesse se désespère elle est profondément désespérée parce qu'elle n'a plus d'appuis, elle ne croît plus en la politique française et moi je pense qu'elle a en règle générale en résumant un peu bien raison.
Ce que je peux vous dire c'est que le désespoir est mobilisateur et que lorsqu‘il devient mobilisateur il est dangereux et que ça entraîne le terrorisme , la bande à Baader et des choses comme ça et ça il faut que les grandes personnes qui dirigent le monde soient prévenues que les jeunes vont finir par virer du mauvais côté parce qu'ils n'auront plus d'autres solutions.
Voilà et je vous remercie de m'avoir laissé parler.

retour à la page de la biographie

retour en haut de la page

Interview à Aquitaine radio (Août 1981)




Interviewer : Il faut dire, Daniel, que l'on t'a suivi depuis le début de ta carrière, ça fait longtemps maintenant. Daniel Balavoine est-il un chanteur heureux ?.

Daniel : En tant que chanteur, oui. En tant qu'homme, il ne suffit pas d'être un chanteur heureux pour être un homme heureux. On peut avoir de la réussite dans sa profession, dans son métier et avoir des problèmes sentimentaux, des problèmes de famille ou des choses comme ça. Ca ne veut pas dire que j'en ai. Sur le plan professionnel, ça va bien. Sur le plan discographique aussi.
On s'est attaqué à la scène, il y a un peu plus d'un an et demi en faisant pour la première fois l'Olympia pendant 3 jours où l'on a fait à peu près 1200 personnes par jour. Moi, j'étais un peu déçu. Tout le monde m'a expliqué que c'était formidable. Don ça a bien marché et on m'a dit, bon, tu le feras l'année prochaine et tu vas remplir. J'ai écouté les conseils de tout le monde et un an après, j'ai refait l'Olympia, après avoir fait une quarantaine de galas, simplement dans l'année.
On a fait une semaine, donc 2 jours de plus que l'année précédente et on a rempli. La semaine a été à guichets fermés tous les soirs. Donc, effectivement, sur le plan de la scène parisienne, je commençais à prendre un peu plus confiance. Alors, on a décidé de s'attaquer à la province auprintemps, juste après l'Olympia. Et puis, c'est parti !.

I : Qu'est-ce-qui est le plus dur, Paris ou la région ?.

D : C'est pareil, c'est exactement la même chose. En tout cas, la première constatation à faire, vraiment intéressante, c'est que ce n'est pas parce qu'on vend beaucoup de disques, que l'on fait beaucoup de monde dans les salles. Les gens demandent à voir. Alors, les premières personnes que l'on voit dans les salles, ce sont les inconditionnels. Je ne parle pas de la tournée d'été. Je parle de la tournée soit d'hiver, soit de printemps (on a tourné de mars à avril). Donc, il y a les inconditionnels, ce qui représente une moyenne de 600 personnes par jour à peu près. Ce qui est, il parait, aux dires des producteurs, extrêmement satisfaisant à partir du moment où ils partent contents. Et comme jusqu'à présent, ils sont partis contents, on m'a dit, tu verras,
quand tu reviendras dans certaines villes, tu t'apercevras que ça porte ses fruits. J'ai toujours le doute un peu là-dessus. Mais effectivement, on est retourné dans 2 villes un peu plus tard. A Nice par exemple où on avait 700 personnes la première fois et où on a fait 1200 la deuxième fois. Et puis Marseille où j'ai eu très peur pendant la tournée d'été parce qu'on avait fait complet dans le petit théâtre Faro de 800 places.

I : C'est très bon d'être complet à Marseille ?

D : C'était un demi-risque en fait. C'est une ville légendaire. C'est une ville où tout le monde a peur, vous m'avez compris. Et en plus, on avait fait Aix-en-Provence qui est à 30 km , où on a fait par contre 1200 personnes. Alors, en faisant le Faro à Marseille cet été, je m'étais dit, je vais prendre une claque, ça va être terrible. Et puis, pas du tout. Il y a effectivement eu les résultats escomptés par les gens de la production scène, et on a fait 1600 entrées. Ce qui prouve effectivement que c'est comme les disques. On fait d'abord un disque qui marche. Là on fait une scène. Et si on trouve qu'on a hâte d'en faire le
mieux du monde, et bien les gens viennent avec frères et soeurs ou avec leurs copains. Ce qui veut dire que la tournée d'été, en ce moment, pour terminer le résumé de "es-tu un chanteur heureux ?", se passe bien avec des hauts et des bas. Il y a des jours où on fait 600, 700, et d'autres jours où il n'y a pas plus de chansons connues. On le sent. Par exemple, il y a eu une ville où on a fait 500.

I : On va rester dans le domaine professionnel avant de parler de l'individu. T'es-tu demandé pourquoi le public venait ? Est-ce-que tu es le porte-parole d'une certaine jeunesse ?

D : Non !. Non!. Après les histoires qu'il y a eu il y a un an. Je dis toujours que je ne veux plus en parler et puis c'est moi qui en parle.
J'ai dit que je ne voulais plus parler de ces histoires avec Mitterrand, mais à ce moment là on a cru que je me prenais au sérieux. Alors que faire les choses sérieusement ne veut pas dire se prendre au sérieux et on a cru que je me prenais pour le porte parole d'une certaine jeunesse. Mais, moi, je ne veux pas qu'on pense ça. Parce que je me souviens, sans me prendre pour un vieux , quand j'étais vraiment jeune, entre 16 et 20 ans (j'en ai 29 maintenant), donc je ne peux pas parler.
Moi qui ai déjà pris quelques coups au nom de personnes qui sont encore complètement malléables, et dont on essaye d'ailleurs de faire un peu ce qu'on veut, contrairement à ce qu'on veut essayer de faire de cette jeunesse. Je ne me sens pas du tout porte-parole. J'ai un certain nombre de sentiments. Comme je ne suis pas trop un vieux con, je crois que effectivement, j'ai des points communs avec tout les gens qui ont des sentiments quelques soient leurs âges. Donc, que ce soient des vieux ou
des jeunes, je crois que quelque part, à un moment donné, il y a des gens qui pensent comme moi. La différence avec eux, c'est que moi, j'ai la chance de pouvoir le dire et eux pas. Alors, effectivement, ça crée des points de rencontres. Donc, il y a la clientèle du tube et encore un petit peu, la clientèle de la légende qui veut voir le chanteur qu'ils ont vu un peu à la télé. Ils veulent voir s'il est plus gros ou plus mince. Il le trouve plus mince en général d'ailleurs. J'ai pas encore une clientèle de scène solide. Il y a les inconditionnels, les gens qui connaissent vraiment les albums, la vraie "clientèle" pure. Mais en ce moment, sur la tournée d'été, il y a le mec qui vient en short, qui sait très bien que ça aurait été un autre chanteur, il y serait allé aussi. Et c'est encore plus dur à convaincre et on essaye de faire ça tous les soirs.

I : Si on parlait de l'enfance de Daniel, elle s'est passée à Pau ?.

D : L'enfance s'est passée dans le Sud-Ouest en tout cas. On dit que je suis "l'étranger". Le seul de la famille à être né à l'étranger puisque je suis né en Normandie et toute ma famille est du Sud-Ouest, des Landes et du Pays Basque. On a habité à Bordeaux pendant 7 ans. Puis à Biarritz pendant 4 ans. et puis à Pau pendant 7 ans. Et ensuite, je suis retourné à Paris, à "l'étranger" pour travailler.

I : Des souvenirs de l'enfance ?.

D : Pas encore. Il parait que ça revient plus tard. J'en ai quelques uns. Ca revient de temps en temps. C'est à dire que c'est peut-être parce que j'y pense pas assez. Par moment il reste un peu que les mauvais. Il serait bon que je m'en occupe pas trop. Le pensionnat, les curés, tout le bazar, les miracles, la confession... Alors, ça ne me plaît pas tellement.

I : "Mon fils, ma bataille", il y a un peu du Daniel Balavoine dedans ?.

D
: Ah, non !. Non, ça non !. Il y a un journal stupide du genre France-Dimanche, Ici Paris, cet été, qui avait cru bon de faire croire que c'était l'histoire de mon père et de ma mère, en disant que mes parents étaient divorcé. La sensation n'a plus de limite pour ces gens là. C'est pas vraiment important. Mais enfin, comme il y a des gens qui lisent ces choses malgré tout, parce que ça fait passer le temps chez le coiffeur...bon...et puis ça ne demande pas beaucoup d'intelligence. La chanson, ça sert à raconter des histoires. Ca sert à être ce qu'on aurait éventuellement voulu être aussi. J'ai écrit une chanson sur un détournement d'avion, on ne m'a jamais demandé si j'en avais détourné un. Donc, "Mon fils, ma bataille", c'est "Kramer contre Kramer" au
cinéma, que j'ai trouvé fantastique. C'est aussi la malheureuse aventure qui est arrivé à un copain dans l'année et qui m'a demandé d'écrire un truc là-dessus. Au début, je ne voulais pas. Et puis, je l'ai fait. C'est lui qui a eu raison, vu le résultat. C'est une double belle aventure.

I : Et "Lypstick" ?.

D : "Lypstick", c'est un amusement, une philosophie pour pas cher.

(Pause musicale).



I : Alors, Daniel, on peut bien le dire en confidence, lorsqu'on écoutait "Lypstick", tu me disais "...c'est drôle d'entendre son disque..." et c'est un peu la réflexion que dernièrement nous faisait Claude Nougaro, je t'en ai fait part d'ailleurs. Claude disait qu'il regrettait de ne pas avoir rôdé la chanson sur scène, avant d'enregistrer le disque, parce que maintenant, il a accéléré le rythme et il la possède mieux. Parce qu'on prend possession d'une chanson sur scène je crois ?.

D : Ca, c'est un peu vrai. C'est ce qui fait qu'après, on est contraint, contrairement à ce que les gens imaginent d'ailleurs. On ne choisit pas toujours et même rarement, de faire du play back à la télé. On est même très souvent contraint de le faire. C'est vachement embarrassant.
Surtout quand on fait beaucoup de galas, parce qu'on se retrouve pris dans le carcan du play-back.
Donc, finalement, on ne se retrouve plus du tout et ça, c'est un peu la galère. Mais je ne regrette pas d'avoir fait le disque tel qu'il est parce que ce sont 2 choses complètement différentes. Les nécessités ne sont pas les mêmes. Je sais qu'il y a un titre qui s'appelle "Allez hop !" dans le dernier album que l'on fait deux fois plus vite sur scène.

I : Ca tient à quoi ?.

D : Je ne sais pas, c'est naturel. C'est moi qui fait le compte en plus.
C'est moi qui donne le départ de ce titre là et à priori, il n'y a aucune raison. C'est peut être aussi parce qu'on le fait au début du spectacle, qu'il y a un besoin d'énergie. Il y a la nécessité ou quelque chose comme ça. Et on a envie de mettre plus de punch.

I : Par le rythme, on possède mieux l'entrain ?.

D : C'est ce qu'on croit. Je crois que c'est une erreur. C'est pour ça d'ailleurs qu'on ne veut pas tomber dans ce piège là et garder les tempos du disque. Les tempos qui ont plus finalement !. Les bons, ceux pour lesquels on a mûrement réfléchi là-dessus. On le joue en studio, on l'écoute, on se dit "...non, c'est pas assez vif, c'est pas dedans...".
Les musiciens ne se sentent pas dedans. Ca se sent quand on est à la bonne vitesse. Je crois que ce n'est pas la même chose d'écouter une même chanson, assis chez soi avec un casque ou avec une chaîne stéréo, ou alors l'écouter assis sur un siège dans une salle. Les nécessités ne sont pas les mêmes. On va plus lentement quand on est chez soi tout seul, donc le tempo va plus lentement aussi.
Mais je trouve une certaine logique en fait. Il n'y a pas de raison de faire un disque au tempo de la scène. Il y a le tempo du disque et il y a le tempo de la scène. Parfois, il se trouve que ce sont les mêmes. Par exemple, "Mon fils, ma bataille", on le fait
à très peu de choses près, au millimètre près, au même tempo sur scène que sur le disque. C'est certain. De même que "Lucie", ou "La vie ne m'apprend rien". Des chansons lentes. Ces chansons sont posées, elles n'ont pas besoin de changement. Il y en a d'autres que l'on fait plus vite. Certains soir, ça varie.

I : Tout à l'heure, Daniel, tu parlais de l'affluence aux galas. Mais est-ce que le contact avec le public t'apporte quelque chose personnellement ?.

D : C'est à dire, ce qui me plaît, c'est que d'abord, j'essaie de ne pas me prendre au sérieux. Ce qui m'intéresse, ça peut paraître grossier vis-à-vis du public mais ça ne l'est pas, je vais essayer d'expliquer ça bien. Ce qui m'intéresse dans le spectacle, ce n'est pas la salle, c'est la scène. Evidemment, j'aime bien les applaudissements sinon je ne ferais pas le métier que je fais. mais ce n'est pas fondamental. Je ne ferais pas n'importe quoi pour être applaudi. Ce qui m'intéresse dans le
spectacle, ce n'est pas la salle, c'est la scène. C'est à dire de créer quelque chose sur scène qui me ressemble ou qui ressemble à ce que je voudrais être. Qui ressemble à ce que j'ai vu, aux influences que j'ai reçu. On part de ça, on le répète, on loue le matériel. On loue beaucoup. On amène une forte structure de scène parce que je ne conçois pas le spectacle sans ça. Et on s'associe avec tout ça à ce que l'on présente au public. Et le public réagit comme il veut. S'il me jette des pierres, tant pis. Je préfère qu'il me jette des pierres et faire ce que j'aime que de me prostituer pour qu'il m'applaudisse. Maintenant, évidemment, le moment crucial et le plus beau, c'est quand tu amènes ce que tu aimes, que tu le fais de la manière que tu aimes, avec ton
parler, ton contact, ta façon de faire les choses, et que les gens réagissent bien. C'est là que c'est parfait. C'est là qu'on voit que ça vaut le coup de ne pas faire de concessions, sur aucun plan. Concessions du style "habiller les musiciens en noir, les mettre au fond et se mettre devant avec des paillettes pour être sûr de se faire repérer".

I : Tu penses à qui ?.

D : A tout le monde en général. Ce n'est pas une critique. Je parle pour moi. ça tient un peu à des générations je crois. C'est à dire il y a eu Bécaud, Aznavour, Brel, Ferrat, Ferret etc.. Puis il y a eu leurs petits-enfants que j'appellerais Lama, Sardou, Lenorman. je ne mettrais pas Julien Clerc dedans parce que Julien est un enfant de nulle part. Il est l'ancien music-hall. Et puis tout d'un coup, il est d'une telle souplesse presque physique, qu'il arrive à passer à autre chose. Il est arrivé en 2 ans à passer complètement à autre chose. Il a eu du mal à remonter la pente et puis il est arrivé avec un style tout à fait différent. Donc lui, je le mettrais peut être à part. En tout cas il y a eu tout ces gens là. Et puis maintenant, il y a peut-être des gens comme Michel Berger. J'espère pouvoir me mettre dedans. Comme Souchon. Ce sont d'autres gens qui font autre chose et qui ne font pas comme les 2 générations qui les précèdent ni la même chose entre eux. Et ça, ça m'intéresse. Je trouve ça bien.

I : La vie professionnelle, s'imbrique-t'elle dans la vie privée ?

D : La vie professionnelle est un peu emmerdante parfois. C'est difficile de se plaindre. Je peux difficilement parler. Je peux
simplement avouer que par moment, c'est un peu lourd à supporter parce que d'abord je n'ai que 29 ans. Il y a beaucoup de choses à assumer. Il y a une structure financière nouvelle en 2 ans, c'est à dire beaucoup, beaucoup d'argent et je le dis sans honte. Mais il y a beaucoup d'argent à distribuer à beaucoup, beaucoup de monde. aussi ça, je le dis avec fierté. il y a
quand même 20 à 25 personnes qui vivent autour de moi. Non pas à mes crochets mais qui travaillent avec moi. ca, c'est vachement important parce que ce sont des gens que petit à petit on choisit. On s'entoure de ces gens là. On sait qu'ils profitent mais que c'est relativement sain autant que peut l'être le profit à partir du moment où il est fait par du travail. Voilà. Le reste, je ne veux pas parler de ma vie d'individu parce qu'elle ne regarde personne.

I : Alors, le refuge à ce moment là, quand on en a marre professionnellement, c'est la solitude ?.

D : Ce n'est pas la solitude. on peut discuter avec les gens. Avec n'importe qui, n'importe quand, n'importe où. Même en sortant de scène.
N'importe où. Ca ne se raconte pas. Ca se raconte avec les gens qui ne sollicitent pas et qui sont simplement présents.



(Pause musicale).




I : Et Daniel reposa son cube (Rubik Cube) et continua l'interview.

D
: Comme ça, ça évite qu'on se parle entre les bla-bla. Sinon, on se dit tout hors-antenne. après on a l'impression de se répéter. C'est bien comme ça !.

I : On peut se répéter à propos du mur de Berlin et de la chanson "Lady Marlène" ?.

D : Oui, jeudi dernier, c'est l'anniversaire (le mur de Berlin a été érigé le 13 Août 1961). Enfin "l'anniversaire", ils ont dis ça partout d'ailleurs. A la radio, à la télé. L'anniversaire...je trouve ça un peu nul comme expression. Je viens de réaliser ça maintenant !. "...Allez, ça s'arrose !!!, les bougies, le mur de Berlin a eu 20 bougies cette année...!!!". C'est nul !. Personne s'en occupe de toute façon. Tout le monde s'en fout. Il n'y a pas de raison qu'on s'en occupe maintenant. On va faire comme si on y pensait tous les jours en se levant le matin. Alors qu'on n'y pense jamais. Pas plus que les autres. Je reconnais que moi, depuis que j'ai fait le disque, maintenant je n'y pense plus. Je m'y suis habitué aussi. J'ai peut-être cru que le péché m'était pardonné
parce que j'en avais parlé pendant 40 minutes de musique. C'est le signe qu'il n'y a aucune raison que ça s'arrange. On va parler d'autre chose parce que sinon...

I : Oui, on va parler de "Starmania" et de Michel Berger.

D : Ah, ça, volontiers !!!. "Starmania", ça a 2 ans. Ca me paraît de plus en plus loin mais, entre temps, Michel Berger m'a paru de plus en plus près et on est devenu extrêmement ami et on travaille ensemble.

I : Quel est ton meilleur souvenir de "Starmania" ? . L'esprit d'équipe ?.

D : Non. Sûrement pas !!!. Non. Parce qu'il n'y en avait pas. A un haut niveau, il n'y en avait pas. Il y en avait sur scène. Ca allait parce qu'il y avait des professionnels. Je ne parle pas pour moi parce qu'à l'époque, je débutais finalement. En dehors des amitiés qui se sont crées et qui sont restées, le signe en est là d'ailleurs. En ce qui me concerne, il y a eu Michel Berger et France Gall, bien sûr. Et puis, il y a un garçon qui a fait 2 albums et dont le nouvel album commence à marcher un peu partout. J'espère qu'il va marcher dans l'année. Il s'appelle Etienne Chicot. C'est un acteur formidable qui a joué dans "La guerre des polices" et dans beaucoup de films d'ailleurs. Il vient d'avoir un rôle important dans le nouveau film de Téchiné. Ca devrait
frapper très fort au mois de janvier ou octobre, je ne sais plus. Donc, ça a fait des amis. C'est déjà formidable. Ca m'a fait reprendre contact avec la scène sur laquelle je n'étais pas remonté depuis mes groupes de rock'n roll des années 70-71.

I : C'est marrant Daniel, depuis le début de l'entretien, je crois que la scène revient dans tous les propos ?.

D : Ben, c'est à dire que c'est un peu la préoccupation du moment. C'est encore la préoccupation de l'année prochaine puisqu'on a de gros projets importants. Alors c'est ce que je retiens de "Starmania" sur le plan professionnel : le nouveau contact que ça allait donner avec la scène et chanter des chansons de quelqu'un d'autre. Cela m'a obligé à montrer que je les comprenais, c'est à dire que ça m'a appris à interpréter des chansons, chose que je ne faisais peut-être pas bien avant, dans les 2 albums qui avaient précédés "Starmania". Ce n'est pas pour rien si le chanteur est arrivé la même année et si tout ça s'est passé en même temps. Je crois que ce n'est pas gratuit. Et puis que le reste suit, pour le moment. Et tout ça, je ne sais pas pour combien de temps. C'est tout ce que j'en retiens. Et puis, Michel Berger maintenant. Tout ce qu'il y a de formidable, c'est que l'on travaille ensemble. Il chante dans mes disques et je chante dans les siens. Ce qui n'est pas courant dans le métier français. J'espère que ça donnera l'habitude à certains autres.
Parce que moi, il y a des gens avec qui j'aimerais bien faire ça. Des gens comme Chanfort. Surtout quand j'écoute son dernier album ("Amour, année zéro") que je considère merveilleux. C'est un avis qui vaut ce qu'il vaut. Et puis d'autres. Peut-être Christophe ou des gens comme ça. Peut-être des mecs plus jeunes aussi. J'en sais rien.

I : Ce sera possible ?.

D: Je ne sais pas si ça sera possible ?. En tout cas, avec Michel Berger, ça va prendre des proportions j'espère beaucoup plus importantes. On essaye de s'encourager à faire certaines choses. Mais on a des problèmes de maisons de disques à régler, des choses comme ça. On n'est pas dans la même maison. Je ne peux pas dévoiler de projets parce que ce n'est pas précis mais on sait que dans nos coeurs, on a envie de construire quelque chose ensemble. On espère qu'on aura le temps de faire ça dans
les 2 années qui viennent.

I : Et bien Daniel, j'espère qu'on se reverra à ces moments là ou peut-être bien avant ?.

D : J'espère qu'on se verra avant parce qu'avant ça, il y aura la sortie du double album en public, au mois de septembre. Puis il y aura un nouvel album que je vais enregistrer en janvier et qui sortira en mars avant le palais des sports, en principe au mois de juin.



Daniel Balavoine participe, l'été 1981, à une émission-jeu de Pierre

Bellemare sur Europe 1.


Interviewer : Le chanteur, ça date de 1978, ça fait 3 ans ?

Daniel Balavoine : Oui.

I : Alors, quand on a fait un succès aussi important que celui-là, quand on a fait un tube, est-ce que le plus difficile, ce n'est pas après ?

D : Si, on est préoccupé que par ça, oui. Ca doit être difficile. Mais quand on a autre chose à faire et autre chose en tête, ce n'est pas plus grave qu'autre chose. Un disque est un disque. Que ce soit le 1er, le 5ème ou le 10 ème, c'est pareil.

I : Alors Daniel, j'ai pourtant l'impression que cette année, avec "Mon fils, ma bataille", que tu connais bien les ingrédients et la bonne recette pour faire un tube ?

D : Ecoute, puisses "tu" dire vrai !. Tu vois, je ne sais pas ce que tu attendais que je réponde, mais, si je peux avoir "la" recette, je ne cacherais pas que je l'utiliserais le plus souvent possible, le moins longtemps possible, de façon à être à la retraite le plus jeune possible.

I : Tu chantes souvent, Daniel, dans tes chansons, une certaine révolte. Tu dénonces certaines choses. Quand la réussite vient, ce qui est ton cas, peut-on garder la même sincérité ?

D : Ca dépend des gens, c'est toujours pareil. Si ça s'adresse à moi, je veux dire que moi c'est l'envers. J'ai pas commencé à parler de ça. Le fait que je m'aperçoive que ça puisse avoir une certaine importance et être entendu m'aide à être sincère et me facilite les choses. Je crois pouvoir prévenir les gens que ça embête que plus ça va aller, plus je vais en dire, donc il faut baisser les têtes.

I : D'accord Daniel. A partir du moment où tu vis donc bien, dans le confort, ça marche quand même. Je veux dire, la chanson est un métier où l'on gagne de l'argent quand ça marche bien ?

D : Oui...euh...c'est mal ?

I : Non, je ne pense pas que ce soit mal (embarras).

D : Je ne pense pas et je voudrais te dire simplement, pour que tu comprennes clairement, que l'argent n'est pas vital pour moi. Que la chanson n'est pas vitale non plus. Que je n'ai pas du tout envie de chanter jusqu'à 60 ans. Que je me considère comme suffisamment intelligent pour trouver autre chose à faire et que si ça s'arrête demain, c'est pas pour ça que je voudrais mourir.
Voilà.

I : Merci Daniel Balavoine.




retour en haut de la page

Retour à la biographie

Retour à la page d'accueil

© 1998-1999 Webmaster